Skip to content

CulturAmérica

Narrow screen resolution Wide screen resolution Auto adjust screen size Increase font size Decrease font size Default font size default color cyan color green color brick color light color

Romain Migus et Jean Ortiz

Photos aléatoires Festival 2016

13.jpg

Maurice Lemoine


Maurice Lemoine par culturamerica
concours affiche culturAmérica 2017
Écrit par François Lassabe   
11-06-2016

Règlement du 3e concours d’affiche

du Festival culturAmérica


Edition 2017


 


À l’occasion de la 25e édition du Festival culturAmérica, l’association invite les professionnels de l’image et les amateurs créatifs à concevoir le visuel du prochain festival. La compétition est ouverte à tou(te)s les graphistes/designers (indépendant(e)s ou en collectif) qui souhaiteraient présenter leur projet.



Article 1 : Objet du concours


Ce concours a pour but la réalisation d'un visuel destiné à la promotion de la 25e édition du Festival 2017 de l’association culturAmérica qui aura lieu du 24 mars au 2 avril 2017. Pour la réalisation de l’affiche, les participants doivent se familiariser avec les objectifs et les caractéristiques de l’association, ne serait-ce que sur son site internet : www.culturamerica.fr


Article 2 : Conditions de participation

Ce concours est ouvert à toute personne âgée de plus de 16 ans.

Les candidats lauréats des éditions précédentes ne pourront plus concourir.

Chaque candidat s’engage à envoyer une affiche dont il est l’auteur. Il doit être le dépositaire des droits liés à l’image et garantit détenir les droits d’exploitation. culturAmérica ne pourra être tenue responsable du non-respect des droits d’auteur de l’affiche proposée par le candidat. En cas de litige, la personne ou le collectif qui aura présenté le projet sera tenu pour responsable.


La création doit être originale et n’avoir jamais été publiée ni être soumise sur la même période dans un autre concours (dans son entièreté ou en partie).


culturAmérica se réserve le droit de demander des modifications sur l’affiche.


Le gagnant accepte que l'œuvre puisse être librement utilisée, à la condition de l'attribuer à l'auteur en citant son nom. culturAmérica ne peut être tenue responsable de son utilisation par des tiers sans cette mention. L’affiche ne fera pas l’objet de fins commerciales.


L’affiche doit être remise sous forme de fichier informatique. Elle sera accompagnée d’une brève présentation de l’auteur (incluant nom, prénom, âge, adresse, email et téléphone) et du présent règlement signé.



Article 3 : Attentes graphiques

Certaines mentions devront impérativement y figurer dans l’affiche :

  • culturAmérica

  • 25e festival

  • 24 mars au 2 avril 2017

  • Pau et région

  • www.culturamerica.fr

  • 06.87.08.49.08

L’affiche est en couleur sous format A3. La taille du visuel fourni est limitée à la forme « portrait » pour convenir à nos supports de communication. L’affiche devra aussi aménager une place pour intégrer un bandeau avec les logos de nos partenaires (12 logos).

L’affiche ne devra pas transmettre de l’Amérique latine une image stéréotypée, ni folklorisante, mais davantage refléter le nouveau continent dans toute son effervescence culturelle, sociale, et/ou politique.

Caractéristiques techniques des projets : Les affiches devront être en tirage numérique (format JPG ou PDF) et permettre une impression de haute qualité (5 mm de fond perdu).

Article 4 : Modalités d’inscription

La participation est gratuite et un même candidat peut soumettre un maximum de trois créations.

Le projet numérique doit être envoyé à l’adresse email : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir en indiquant dans l’objet « Concours d’affiche - 2017 » et votre nom avant le 15 septembre 2016.

Les projets qui ne répondraient pas aux impératifs techniques seront rejetés.

L’affiche sélectionnée devient la propriété exclusive du Festival culturAmérica. Aucun droit de reproduction ne pourra être réclamé pour son utilisation.

Le lauréat devra fournir au Festival les fichiers sources de l’affiche afin de pouvoir l’adapter aux différents supports de communication avec la meilleure qualité et résolution possibles.

Article 5 : Jury

Le jury sera constitué des membres de l’association culturAmérica, et éventuellement d’anciens lauréats. Son vote est sans appel et ne saura donner lieu à des explications sur les raisons de sa sélection.


Le jury se réserve le droit de ne désigner aucun gagnant si les productions proposées ne répondent pas à la demande.

Article 6: Utilisation des affiches

culturAmérica s’engage à n’exploiter que l’affiche ayant gagné le concours.

L’auteur de l’affiche gagnante du concours cède à titre gracieux les droits de reproduction, de représentation et de divulgation ainsi que les modalités de réutilisation envisagées en France et à l’étranger.

culturAmérica diffusera l’affiche gagnante via sa brochure (15000 exemplaires), ses communiqués de presse, supports de la ville de Pau, sur son site et ses réseaux sociaux et ceux des partenaires (liste non exhaustive). L’affiche pourra être utilisée sur tous les supports de communication. Elle sera imprimée en format abribus, A2 et A3.

Article 7 : Prix

Le lauréat du concours se verra offrir :

Un pack culturel (valeur 350€) avec des entrées pour le cinéma et les concerts, les spectacles et plusieurs livres, CD et DVD des auteurs latino-américains invités.



Le……………………à ………………………………….

Signature, précédée de « bon pour accord »



 
François Lenglet, ou la corruption du débat
Écrit par Maurice Lemoine   
30-05-2016
Incident, ce 26 mai 2016, sur le plateau du magazine « Des paroles et des actes », animé par David Pujadas, avec comme invité Jean-Luc Mélenchon, sur France 2. Entendant démontrer au candidat présidentiel de « La France insoumise » que tous ceux qu’il a « pris en exemple » ont échoué, le « spécialiste économique » François Lenglet évoque, entre autres, le président bolivien Evo Morales qu’il traite publiquement de « corrompu ». S’entendant répondre «  Tenez vos mots M. Lenglet, vous êtes sans doute plus corrompu que ne le sera jamais M. Morales, pesez vos mots ! », l’éditocrate vedette enfonce le clou : «  La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques. Alors, allez m’expliquer que tout ça est normal…  »
Ce qui n’est sans doute pas « normal », c’est qu’on puisse, devant 2 471 000 téléspectateurs (11,5% de part d’audience), « corrompre » à ce point le débat public et l’information, sans qu’aucun média, le lendemain, plutôt que de gloser sur l’« agressivité » de Mélenchon, ne dénonce l’imposteur Lenglet.

C’est l’ancien chef des services de renseignement boliviens (1989-1993) Carlos Valverde, reconverti en « journaliste », qui a lancé l’« affaire » à la veille d’un référendum qu’il s’agissait de faire perdre au président Morales : ce dernier ayant eu une liaison amoureuse avec une jeune femme, Gabriela Zapata, entre 2005 et 2007, et celle-ci occupant un poste de cadre de haut niveau (à partir de février 2015, huit ans plus tard) au sein de China CAMC Engineering, une firme bénéficiaire d’importants contrats avec l’Etat, il y aurait eu « trafic d’influence » pour favoriser cette entreprise chinoise – ce qui, après examen des faits, se révélera totalement faux [1]. Pour ajouter à la beauté de la « telenovela » et à la connivence entre « les amants », le même Valverde révélait, certificat de naissance à l’appui, qu’Evo Morales et Gabriela Zapata avaient eu ensemble un bébé, décédé immédiatement après sa naissance et que le président, de ce fait, n’avait jamais vu. Cette sombre histoire « d’amour secret » et surtout de « corruption » ternit très sérieusement l’image du chef de l’Etat et, entre autres raisons, lui fit perdre le référendum du 21 février 2016 [2].

Dernière mise à jour : ( 30-05-2016 )
Lire la suite...
 
Avis de décès : la « bonne gauche » latino-américaine n’est plus
Écrit par Jean Ortiz   
20-04-2016

Dilma et Lula rejoignent médiatiquement « l’autre gauche », la mauvaise, celle qu’il faut éliminer ; si possible « institutionnellement », « légalement ».

Souvenons-nous... il n’ y pas si longtemps encore les médias occidentaux, fidèles chiens de garde, fidèles bergers allemands, nous présentaient Lula et Dilma comme la « bonne gauche », la gauche « modérée », « réaliste », « réformiste », « raisonnable », « pragmatique », afin de l’opposer à l’autre (Chavez, Maduro, Castro, Evo Morales ; Correa ) la gauche « totalitaire », « extrémiste », « dogmatique », « ringarde », « irresponsable ». Nous avions écrit que la ficelle avait la grosseur d’un câble de ligne à haute tension... Et voilà-t-il qu’aujourd’hui, pour justifier le coup d’Etat de la droite, camouflé en intervention de « salut public », Dilma et Lula rejoignent médiatiquement « l’autre gauche », la mauvaise, celle qu’il faut éliminer ; si possible « institutionnellement », « légalement ». Un « soft impérialisme » en quelque sorte, qui ne trompe que les naïfs... et ils sont nombreux à gober TF1, Libé, France 2, Le Monde, El Pais...

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 4 sur 12